Vous êtes ici : Accueil » Alleyras » Histoire des fours à pains d’Alleyras, épisode 2 : le four de la (...)

Histoire des fours à pains d’Alleyras, épisode 2 : le four de la planche

D 12 juillet 2013     H 10:48     A Lous Aviras     C 1 messages


agrandir

En Août, le four à pains reconstruit au bourg sera inauguré. C’est l’occasion de revenir sur l’histoire des autres fours à pains de la commune : Anglard, le four de la planche, Aussac, le Moulard et Gourlong.

Il y avait à la confluence du Malaval et de l’Allier un vieux four en ruine. Il fût restauré en 1995-1996 par l’association de l’Amicale du Four de la Planche créée à cette période. On l’appelle “ four de la planche ”, car en lieu et place de la passerelle actuelle se trouvait naguère une simple planche qui permettait d’enjamber le ruisseau du Malaval pour accéder au four sur l’autre berge (v.plan ci-dessous).

Le four est aujourd’hui accessible par la rive droite du ruisseau grâce à la rue du Mournet. On peut supposer qu’avec l’évolution des statuts de propriété des parcelles l’environnant, le four a dû être “ isolé ” à un moment donné et que le seul moyen pour les habitants de le joindre était cette fameuse planche. Quoi qu’il en soit, l’association a décidé de reconstruire une passerelle afin d’accéder à la rive gauche du Malaval, un lieu plus adapté pour organiser sa fête annuelle.

De l’ancien bâtiment, il ne restait que le four en lui-même lorsque l’association a entamé la restauration. Il a donc fallu refaire le fournil en reconstruisant les murs et le toit. Le four était alors situé sur un terrain communal. La mairie a participé au projet en achetant les matériaux. Le four de la planche est propriété communale. En dehors du ciment et du sable, tous les matériaux étaient locaux et même les tuiles avaient été jadis produites à Alleyras. Ce ne sont pas celles que l’on peut voir actuellement
car le toit a été refait il y a quelques années avec des tuiles “ importées ”.

À la fin des années 90, Guy Vissac président du SMAT (Syndicat Mixte d’Aménagement du Haut-Allier basé à Langeac) fait concourir le four de la planche à un prix du conseil régional récompensant les meilleures restaurations patrimoniales. L’Amicale se classe deuxième et empoche une enveloppe d’environ 3000 €.

S’appuyant sur son four, l’Amicale organise une fête presque tous les ans le 14 Juillet. Certaines années, l’association a même tiré le feu d’artifice pour la fête nationale. Un repas est servi sous chapiteau avec spectacle à la clé. Le menu est le suivant : salade de lentilles vertes du Puy en entrée, pommes de terre cuites au four et rôti en plat de résistance. Sans oublier en dessert, le succulent poncaïre (du nom des habitants du Pont) : un gâteau créé par l’association à base de meringues, de myrtilles et d’amendes.

D’après le témoignage de Dédé Parrat, président de l’amicale du four de la planche de 1995 à 2010

en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps