Vous êtes ici : Accueil » Loisirs » La V70 l’itinéraire vélo de la Loire à la Méditerranée passe à Pont (...)

La V70 l’itinéraire vélo de la Loire à la Méditerranée passe à Pont d’Alleyras

D 14 février 2019     H 23:22     A mko     C 0 messages


agrandir

En 2019, le rêve de nombreux cyclistes de traverser le massif central du nord au sud en roulant sur une véloroute va être exaucé. Le tracé en Haute-Loire de la section longeant l’Allier vient d’être arrêté. Il passe bien par Langeac et Pont d’Alleyras.

JPEG - 82.3 ko

Entièrement jalonnée sur routes à faible trafic dans le département,la V70, une véloroute prochainement en service sur les 600 km d’itinéraire national de Cuffy jusqu’à Palavas-les-Flots plusieurs dynamiques se distinguent. Présentation de l’itinéraire.

La rivière Allier, moteur de l’itinéraire au nord

La V70 suit l’Allier sur 400 km : de sa source à La-Bastide-Puylaurent (48) à la confluence avec la Loire à Cuffy (18). Marqueur fort de l’identité auvergnate, l’Allier et sa vallée connaissent un regain d’intérêt. Comme pour le Rhône, la Seine ou la Garonne, les acteurs publics cherchent à renouer avec ce patrimoine naturel et culturel, notamment en milieu urbain et périurbain. Le Pays du Grand-Clermont porte un projet de voie verte de 27 km dans le cadre de la réappropriation des berges de l’Allier à l’est de l’agglomération clermontoise. Cette section, sous maîtrise d’ouvrage du PETR du Grand Clermont et sous maîtrise d’œuvre du département du Puy-de-Dôme, avec le soutien financier de la Région et de l’Europe, devrait être finalisée fin 2019. La voie verte remplacera la continuité provisoire mise en place par le département du Puy-de-Dôme en 2017. À l’échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, la rivière Allier donne cohérence et unité au projet. Quid de l’autre tiers de l’itinéraire, non concerné par le cours d’eau ? En construction en Auvergne-Rhône-Alpes, le projet semble à ce jour moins structurant en dehors des frontières régionales.

En Haute-Loire le tracé de la V70 a été présenté jeudi 7 février, inscrite au schéma national des véloroutes et voies vertes. Le président du Smat du Haut-Allier précisait « Il s’agit d’un itinéraire cyclable touristique, fléché et sécurisé, reliant les villes et les régions entre elles. De Brassac à Prades, le parcours sera familial, et à partir de Prades plutôt réservé aux sportifs. Le tracé se partage en cinq séquences : Brassac-Sainte-Florine, Sainte-Florine Vieille-Brioude, Vieille-Brioude Langeac, Langeac Pont-d’Alleyras, et Pont-d’Alleyras Langogne. La Véloroute sera opérationnelle en septembre 2019 ». 20 à 30 km sur des lieux aménagés permettent de pique-niquer, de découvrir des paysages remarquables.

« La partie cyclable doit être identifiée et sécurisée. Il ne s’agit pas de créer des pistes cyclables supplémentaires, mais d’utiliser les routes départementales déjà existantes. Le travail consiste en marquages au sol et pose de panneaux de signalisation. Cette clientèle touristique existe déjà et ce travail consiste à la protéger en matérialisant le parcours » rappelait Valérie Simon.

La V70, de la Loire à la Méditerranée

Traversée nord-sud du centre de la France, de la Loire à la Méditerranée par le massif central, la V70 est un maillon clé du Schéma national vélo. Complémentaire d’autres itinéraires transversaux au dénivelé plus important, elle se connecte à plusieurs véloroutes majeures : à Cuffy (18) avec La Loire à Vélo et l’EuroVelo 6 ; à Landos (43) avec la ViaFluvia, itinéraire régional d’Auvergne-Rhône-Alpes qui se connecte également à l’itinéraire le long de la Loire/V71 au Puy-en-Velay puis à la ViaRhôna/EuroVelo 17 ; à La Bastide-Puylaurent (48) avec La Vallée du Lot à Vélo/V86 ; et à Palavas-les-Flots (34) avec La Méditerranée à vélo/EuroVelo 8 et la ViaRhôna/EuroVelo 17. La véloroute 70 se situe donc à un carrefour d’itinéraires et connecterait à terme 3 destinations phares : la Loire, l’Auvergne et la Méditerranée.

Région par région, plusieurs dynamiques se distinguent

En Centre-Val de Loire, la V70 représente 25 km en limite régionale et départementale. Le département du Cher, très fortement mobilisé sur le projet de Canal de Berry à Vélo/V46 pour les 10 prochaines années, ne considère pas la V70 comme prioritaire jusqu’à ce jour. Pourtant, une continuité via Sancoins – La Guerche-sur-l’Aubois – Apremont-sur-Allier – Cuffy pourrait être envisageable à court terme en empruntant les itinéraires et antennes existantes et en projet.

En Auvergne-Rhône-Alpes, deux Départements ont inauguré la totalité de leur section de V70, l’Allier en 2015 et le Puy-de-Dôme en 2017. Sur ces deux départements, des projets de sections en site propre existent : portés par les agglomérations de Vichy et Moulins dans l’Allier ; par le PETR du Grand Clermont, l’agglomération d’Issoire et le Département dans le Puy-de-Dôme. En Haute-Loire, les 120 km d’itinéraire viennent donc d’être définis précisément et composent avec de fortes contraintes de vallées encaissées.

En Occitanie, le projet est appelé par certains acteurs publics et associatifs « La Regordane ». Issue des travaux liés au schéma régional des véloroutes et voies vertes de Languedoc-Roussillon, l’appellation ne fait pas consensus puisqu’elle peut être confondue avec l’itinéraire pédestre et VTT GR700® du même nom, et qu’elle manque de pertinence dans l’Hérault et en dehors des frontières occitanes. En Lozère, la V70 n’est pas programmée ni par le Département ni par les Communautés de communes. Le territoire est par ailleurs fortement sollicité sur le projet de La Vallée du Lot à Vélo/V86, sur lequel l’infrastructure n’est pas encore programmée. 7 km de V70 sont néanmoins aménagés sur un délaissé de route et un autre projet du même type est envisagé. Dans le Gard et l’Hérault, deux sections non connectées sont aménagées : la traversée d’Alès sur 7,6 km et la section Montpellier – Palavas-les-Flots sur 20 km. Des projets d’aménagements sur d’anciennes voies ferrées, propriété de l’Hérault et du Gard sont prévues. À horizon 2020-2022, la quasi-totalité de la V70 dans l’Hérault pourrait être continue et la moitié des 100 km qui concernent le Gard. La section manquante au nord du Gard, de Saint-André-de-Capcèze à Alès fait face à des problématiques de foncier et de topographie. Des boucles de cyclodécouvertes portées par les Communautés de communes pourraient garantir une continuité à moyen terme.


Voir en ligne : À vélo en longeant la rivière Allier, de Brassac à Langogne

Un message, un commentaire ?

en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps