Vous êtes ici : Accueil » La Nature » Le Haut-Allier : un couloir de migration pour les loups !

Le Haut-Allier : un couloir de migration pour les loups !

D 21 février 2013     H 16:59     A Jean Le Blanc     C 0 messages


agrandir

Cela fait maintenant presqu’un an que le loup est au cœur des débats. Au fil des attaques de troupeaux, les journaux régionaux ont relaté la présence du loup en Lozère (Causses), en Ardèche (Saint Etienne de Lugdarès) et enfin en Haute-Loire.

A la fin du mois de janvier 2013*, l’association « Alliance avec les loups », qui siège à Langogne, publiait dans l’Eveil de Haute-Loire, une étude relative à la présence du loup dans le Massif Central.

Après lecture de cette étude, il apparait que le loup alpin italien emprunte des corridors de migration situés au sud du Massif Central. Ils permettent aux loups de prendre la direction du Gard et de l’Hérault, mais aussi de la Lozère, de la Haute Loire et du Cantal. Les grands canidés passent par les tunnels de circulation, sous les autoroutes, principalement la nuit pour rester à couvert. Selon les propos de l’auteur de cette étude (Manoël Atman), le loup serait également présent dans les gorges de l’Allier. Selon ses termes : « il a été vu une bonne dizaine de fois depuis le début des années 2000. Les loups se séparent vers Alleyras, soit pour progresser dans le Massif Central, soit pour rejoindre le sud ». Grâce à des recoupements effectués par des observateurs, des gendarmes et l’ONF, Alleyras a été identifiée comme le carrefour de séparation de deux couloirs migratoires.

Il est enfin conclu que tous les territoires caractérisés par des forêts denses, peu d’agriculture mécanisée et une faible densité de population, verront le loup en 2020. Selon les prévisions de cette association, le Massif Central devrait accueillir une 60aine de meutes en 2020 contre 5 actuellement.

Bien que la présence du loup ne semble pas surprenante dans le Massif Central, son retour avéré dans nos régions prend une toute autre saveur au cœur de la Margeride et du Gévaudan.

*Edition du 27 janvier.

en bref


dans la presse


recherche


infolettre

naviguer par mots


le temps